•  

    Avec tous les agissements (dont on admire l'utilité, en passant) de Sarkozy pour enrayer la crise économique mondiale, je me demande si cet homme la ne cherche pas à se rendre indispensable pour le monde entier. Quelle ambition ! Il n'y a pas assez de problèmes en France, je crois !

    Rappel des faits, première année de présidence, 2008 : Les banquiers font des conneries, & ce sont les contribuables qui sont condamnés à payer. Normal, nous sommes des « vaches à lait » ... La France qui a un déficit public de plus de 1000 milliards d'euros s'engage à hauteur de près de 400 milliards d'euros auprès des banques … (???) Impressionnant ! Au début de l'été 2007, Fillon nous dit & redit que les caisses de l'État sont vides & en octobre 2008, il sort près de 400 milliards. Cherchez l'erreur …

    & que dire du million d'enfants qui vit en dessous du seuil de pauvreté en France ? Hein, on dit quoi ? & plus précisément, on fait quoi ? Que dire du déficit de la sécurité sociale ?



    Eh oui ! On fanfaronne, on promet, on invective, on montre son agressivité … & on passe pour un con fini. Voila le ballon de baudruche Sarkozy qui se dégonfle à la vitesse de la lumière.

    Il faut dire que lorsqu'on divorce en novembre & qu'on se remarie en février de l'année suivante, on a de quoi passer pour le premier rigolo de France (& même sans ça …).

    & puis, surtout, on insulte les gens devant les caméras. "Descends de là toi pour voir si t'es un homme" ou "casse-toi pauvre con". Je le reconnais bien dans ce type de phrases bien senties et bien envoyées.

    Après, vous avez le grand Fillon, qui va crier sur tous les toits, que le chômage est en baisse constante, que la solution miracle contre la morosité économique sont les heures supplémentaires, que les français n'ont pas à se plaindre (cette bande de cul-terreux fainéants). La, aussi, ce n'est vraiment pas sérieux. Lorsqu'on voit au moins un ou deux SDF à toutes les sorties de centres commerciaux, les tentes des travailleurs pauvres qui ne peuvent pas se payer un loyer, le million (bientôt 2 désormais) d'enfants dont les parents vivent en dessous du seuil de pauvreté, le déficit de la sécurité sociale qui grandit, grandit, indéfiniment. Sans oublier le déficit budgétaire de la France de plus en plus grand, du déficit de la balance commerciale de la France qui bat des records absolus. Je crois que le grand Fillon se moque un peu.

    & je ne parle pas de la flambée des matières premières qui se répercute directement sur votre pouvoir d'achat (& le mien, par la même occasion). Avec « Lagarde rapprochée » qui nous dit le contraire. Je crois que plus c'est gros, plus on y croit donc pourquoi se priver.

    Remarquez, la droite, aux cantonales, s'est pris une petite claque bien cinglante.

    Bon, suite au prochain épisode …

      

    Petit florilège des citations des trois derniers présidents :

    François Mitterrand :
    "Laissez la tyrannie régner sur un mètre carré, elle gagnera bientôt la surface de la terre."

    "Si la jeunesse n'a pas toujours raison, la société qui la méconnaît et qui la frappe a toujours tort."

    "Dans les épreuves décisives, on ne franchit correctement l'obstacle que de face."

    Jacques Chirac :
    "La politique n'est pas seulement l'art du possible. Il est des moments où elle devient l'art de rendre possible ce qui est nécessaire."
    "La montée des extrémismes, c'est toujours la sanction de l'inaction."
    "Les promesses n'engagent que ceux qui les reçoivent."

    Nicolas Sarkozy :

    "Mourir, c'est pas facile"

    "Descends si t'es un homme !"
    "Ben, alors casse-toi, pauv' con !"

     

     C'est ça, la rupture !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique